Oral français (2e colle)

Lien vers le tableau en ligne

 

Programme de français en hypokhâgne

Nous mènerons une étude croisée des trois principaux genres littéraires – roman, poésie, théâtre – en comparant dans chaque chapitre deux œuvres d’un même siècle où l’on peut retrouver un imaginaire ou des préoccupations semblables. Les exercices et les leçons d'histoire littéraire sur chaque genre fourniront des prolongements en évoquant des œuvres d'autres siècles.

Février-Avril, chapitre III, "La fièvre du jeu". Siècle d'ancrage : le XIXe s. Roman : Le Joueur (1866) de Dostoïevski (1821-1881) et Au Bonheur des Dames (1883) de Zola (1840-1902).

Novembre-Février, chapitre II, "À l'assaut de la vertu". Siècle d'ancrage : le XVIIIe s. Roman et poésie : Les Liaisons dangereuses (1782) de Choderlos de Laclos ; "Le dix-huitième siècle" (1775), satire de Nicolas Gilbert ; Discours en vers sur l'homme (1737), VII, "Sur la vraie vertu" , de Voltaire.

[Septembre-Novembre, chapitre I, "Le procès de la politesse". Siècle d'ancrage : le XVIIe s. Théâtre et poésie : Le Misanthrope (1666) de Molière et les Fables de La Fontaine (livres I à VI, 1668).]

Maîtrise de la langue française

Fiche fautes courantes 2022Fiche fautes courantes Une fiche à avoir en tête et à consulter régulièrement pour progresser dans la relecture de vos copies.

Exercices de grammaire pour travailler les accords, en commençant par le participe (suivez le lien).

--------------------------------------------

Pour lire Voltaire, "Sur la vraie vertu", dans Discours en vers sur l'homme (1737), VII.

 

Deux références bibliques utilisées par Voltaire dans le passage "Quand l'ennemi divin des scribes et des prêtres..." :

L'interrogatoire de Jésus par le gouverneur romain de Judée, Ponce Pilate.
Pilate lui dit : "Tu es donc roi ?" Jésus répondit : "Tu le dis, je suis roi. Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix." Pilate lui dit : "Qu’est-ce que la vérité ?" Après avoir dit cela, il sortit de nouveau pour aller vers les Juifs, et il leur dit : "Je ne trouve aucun crime en lui." (Évangile de Jean, 18, 37-38.)

Question piège des spécialistes de la loi juive
Les pharisiens [...] se rassemblèrent, et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver : "Maître, quel est le plus grand commandement de la loi ?" Jésus lui répondit : " 'Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, et de toute ta pensée'. C’est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : 'Tu aimeras ton prochain comme toi-même.' De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes." (Évangile de Matthieu, 22, 34-40.) Jésus cite ici deux paroles emblématiques de la Torah (respectivement, Deutéronome 5, 6 et Lévitique, 18, 19).

 

L'écriture face aux drames de l'Histoire 

La bataille de Waterloo vue par Stendhal, La Chartreuse de Parme (1839), I, chap. 3-4.

(pour le lundi 20 novembre)

Extrait 1 : lien vers le document 
Extrait 2 : lien vers le site de Gallica.

 

 

Antonin Artaud : un théâtre à vif

Artaud (1896-1948), Le Théâtre et son double (1938), Gallimard, "Idées nrf", 1964.

Le plus urgent ne me paraît pas tant de défendre une culture dont l'existence n'a jamais sauvé un homme du souci de mieux vivre et d'avoir faim, que d'extraire de ce que l'on appelle la culture, des idées dont la force vivante est identique à celle de la faim.
Nous avons surtout besoin de vivre et de croire à ce qui nous fait vivre et que quelque chose nous fait vivre, -- et ce qui sort du dedans mystérieux de nous-mêmes ne doit pas perpétuellement revenir sur nous-mêmes dans un souci grossièrement digestif. (Préface, "Le théâtre et la culture", p. 10.)

Si le théâtre est fait pour permettre à nos refoulements de prendre vie, une sorte d'atroce poésie s'exprime par des actes bizarres où les altérations du fait de vivre démontrent que l'intensité de la vie est intacte, et qu'il suffirait de mieux la diriger. (Préface, "Le théâtre et la culture", p. 12.)

Car si le théâtre agit comme la peste, ce n'est pas seulement parce qu'il agit sur d'importantes collectivités et qu'il les bouleverse dans un sens identique. Il y a dans le théâtre comme dans la peste quelque chose à la fois de victorieux et de vengeur. Cet incendie spontané que la peste allume où elle passe, on sent très bien qu'il n'est pas autre chose qu'une immense liquidation.
Un désastre social si complet, un tel désordre organique, ce débordement de vices, cette sorte d'exorcisme total qui presse l'âmeet la pousse à bout, indiquent la présence d'un état qui est d'autre part une force extrême et où se retrouvent à vif toutes les puissances de la nature au moment où celle-ci va accomplir quelque chose d'essentiel. ("Le théâtre et la peste", p. 38.)

Tout dans cette façon poétique et active d'envisager l'expression sur la scène nous conduit à nous détourner de l'acception humaine, actuelle et psychologique du théâtre, pour en retrouver l'acception religieuse et mystique dont notre théâtre a complètement perdu le sens. ("La mise en scène et la métaphysique", p. 67-68.)

Je propose donc un théâtre où des images physiques violentes broient et hypnotisent la sensibilité du spectateur pris dans le théâtre comme dans un tourbillon de forces supérieures. / Un théâtre qui, abandonnant la psychologie, raconte l'extraordinaire, mette en scène des conflits naturels, des forces naturelles et subtiles [...]. ("En finir avec les chefs-d'oeuvre", p. 126.)

 

Théâtre et politesse, corrigé partiellement rédigé

Voir la page Corrigés de devoir

 

---------------------------------------------------

 

 

Repères historiques

Histoire de france frise

Frise histoire de france lito

 

Géographie de la classe HK2

Carte des lycées de provenance